La langue des signes

Loading the player ...

Qu’est-ce ?
La langue des signes est une véritable langue avec un lexique et une grammaire. Elle est la communication spontanée des personnes sourdes et, à travers le monde, chaque langue des signes est porteuse de la culture propre aux personnes qui l'utilisent.
Dans la partie francophone du pays, la langue des signes est appelée "langue des signes de Belgique Francophone" (LSBF).
 
La langue des signes est une langue propre à la communauté des personnes sourdes, elle est profondément liée à leur perception du monde, ainsi que le souligne le linguiste français CUXAC : « … les structures (de la langue des signes) apparaissent comme le fruit d’une co-adaptation maximale entre l’économie gestuelle et le fonctionnement du système visuel.» (Psychanalystes. 1993 ; La langue des signes, construction d’un objet scientifique).

Son histoire?
Langue naturelle des personnes sourdes, la Langue des Signes est développée en tant que méthode de communication gestuelle en 1760 par l'abbé de l'Epée. Interdite en 1880 suite au Congrès de Milan traitant de l'éducation des enfants sourds, elle a depuis retrouvé ses droits et est reconnue comme langue officielle depuis 2003 en Communauté française Wallonie-Bruxelles.
En savoir plus sur l’histoire des sourds, la communication et l’enseignement.


Pour qui ?
La prévalence des surdités dans la première enfance
En s’appuyant sur des éléments de statistiques mondiales qui émanent des travaux concernant les pays occidentaux : « 1 nouveau-né sur 1000 représente une surdité importante d’au moins 80 dB de perte (3/1000 si on ajoute les surdités moyennes) ». (Réf.: Morton M.E. : Genetic epidemiology of hearing impairment. Ann N.Y. Aca.Sc. 1991; 630:16-31).

Selon Mansbach, la prévalence des surdités bilatérales sévères et profondes est d’environ 1/1000. Si l’on ajoute à ces catégories les surdités bilatérales modérées et légères et les surdités unilatérales sévères et profondes, on obtient une prévalence de 3 à 4/1000. (Réf. : Mansbach A.L. : la surdité de l’enfant, Deafness in children. Rev. Med Brux – 2006 ; S250-S257).

Il faut faire remarquer que 95% de ces enfants ont des parents entendants.

Dans 70% des cas, la cause est d’ordre génétique, souvent sans aucune histoire familiale de surdité et, hormis cette surdité, sans aucun autre problème apparent. Pour les autres cas, la surdité peut être la conséquence de circonstances survenues pendant la grossesse (infection par virus de la rubéole, cytomégalovirus, herpes, toxoplasmose ou ingestion de médicaments ototoxiques …) ou au moment de la naissance (prématurité, oxygénation insuffisante, incompatibilité foeto-placentaire avec ictère sévère …).

Enfin, dans la première enfance, des infections par méningite, rougeole ou oreillons ou encore l’administration de substances médicamenteuses ototoxiques peuvent également être responsables de surdité.

lettre-E.jpg
Illustration